Un zoo dans la tête

Les bâtards de la mer NoireUn joli plaidoyer pour le sort des animaux d’Europe, traité sous forme d’épopée loufoque depuis les plaines d’Auvergne jusqu’aux montagnes bulgares. Deux retraités en mal de pouvoir d’achat décident de partir s’installer en Bulgarie, où leur petite pension devrait leur permettre de vivre correctement. Accompagnés de leur fils, ils s’engagent dans un voyage plus dur qu’ils ne l’imaginaient, à travers des pays aux mentalités rudes. Un voyage où ils vont croiser des Tziganes, mais aussi de nombreux animaux maltraités. Chevaux martyrs de Roumanie, ours esclaves forcés à danser, chiens bulgares affamés et enchaîné, les mauvais traitements sont dénoncés à travers les pages, même si le ton du récit reste enjoué . Les trente chiens qui vont les accompagner au cours de leurs déambulations donnent son titre au roman. Un roman qui mêle défense animale et humaine sur un tempo de fiction.

 

«Les bâtards de la Mer Noire»  par Yseult Bogdanovitch aux éditions Archenoha. Prix : 19 €

 


 

 

Une série de clichés magnifiques à mi-chemin entre la photo d’archi moderne et le dessin à plat type estampe. Dans ces formes courbes ou rigides, pas toujours facile de faire la différence entre le vivant et le décor. Peut être parce que ces animaux en captivité en sont réduits à des objets de loisir et disposés dans leurs enclos comme des silhouettes, seules au monde. Ce regard entre fascination et désolation remet sacrément en question notre rapport si ambigu avec les animaux.

« In Situ » par Eric Pillot aux éditions Actes Sud. Juillet 2012. Prix : 20 €

 


Un abécédaire savoureux pour découvrir mille et unes anecdotes du monde des animaux et des chercheurs qui les observent. Au fil des pages, Vinciane Despret dessine les contours d’une faune bien plus astucieuse et créative qu’on ne le pensait. Face à des vaches exhibitionnistes ou des chimpanzés délinquants, les scientifiques se voient parfois obligé de remettre leurs théories à plat. Sous la plume de cette philosophe experte des sciences animales, les éthologues et les scientifiques se retrouvent très déconcertés. Alors qu’ils ont longtemps affirmé que les animaux n’agissaient que sous l’impulsion de leurs instinct primaire (se nourrir, se reproduire, être le chef), ils découvrent aujourd’hui des êtres vivant bien plus complexes qu’ils ne l’imaginaient. Les singes savent-ils vraiment singer ? Les animaux se voient-ils comme nous les voyons ? À quoi s’intéressent les rats dans les expériences ? En plus de vingt questions, ce livre est une formidable occasion de mettre de côté les a priori de siècles d’ignorance pour regarder les animaux avec un peu plus d’expertise et de curiosité.

« Que diraient les animaux, si… on leur posait les bonnes questions ? »
par Vinciane Despret  aux éditions La Découverte, Mai 2012. Prix : 19 €.


Depuis des décennies, le lobby des chasseurs commet de nombreuses exactions en toute impunité. Au menu de leurs habitudes : braconnage, abandon de cadavres d’animaux dans les espaces publics, chasse en dehors des périodes autorisées, sur des terrains privés sans l’accord des propriétaires… Et ce, sous la protection d’une classe politique qui semble terrifiée par la puissance de ce vieux lobby et lui taille des lois sur mesures pour ne pas risquer la sanction des urnes. Dans cette enquête très bien menée sur une mafia à la française dans laquelle la démocratie n’est pas de mise, Pierre Athanaz explique comment fonctionne ce lobby et quels sont ses nombreux passes droits. Cet ancien administrateur de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage connaît bien son dossier et dessine l’articulation d’une véritable firme qui a su placer ses lobbyistes jusqu’au sein de l’Assemblée nationale et dont les écarts ne sont que rarement condamné par les tribunaux. Un pouvoir digne des grands groupes financiers et qui donne de sérieux doutes sur la transparence de notre chère démocratie.

« Le livre noir de la chasse : massacres et abus de pouvoir » par Pierre Athanaze aux éditions Sang de la Terre. Septembre 2011. Prix : 21 €. 


Dans une large enquête sur la disparition du tigre, Louis Bériot découvre que le braconnage  de ce félin cache les nombreuses prédations humaines contre la faune sauvage. Il y a dix ans, six éléphants étaient massacrés chaque jour en Afrique pour leur ivoire. En 2011, ce chiffre dépassait la centaine. Ce livre décrit les nombreux trafics dont l’épicentre se situe en Asie. Les grandes mafias du monde ont désormais supplanté les petits braconniers qui tuaient pour survivre. Leurs bras armés sont de véritables guerriers équipés d’hélicoptères, de kalachnikovs et de GPS. Mal contrôlé, très rentable et peu sanctionné, le trafic des animaux est considéré aujourd’hui comme la principale activité criminelle devantle trafic de drogue et la vente d’armes.
Louis Bériot est journaliste, ancien directeur de France 2 et auteur de nombreux romans et téléfilms à succès.

« Ces animaux qu’on assassine » par Louis Bériot aux éditions Le Cherche-Midi. Janvier 2012. 18 €.

 


 

Un des premiers livres français sur le débat mené autour de l’éthique animal. Cette discipline universitaire à la frontière entre philosophie et droit explore la responsabilité morale des humains vis-à-vis de ce qu’ils font subir aux animaux. On y apprend que les philosophes se sont toujours demandé en quoi nous nous sentions si différents et supérieur aux autres mammifères de la planète. Et en quoi nous avions le droit de les utiliser à notre guise. On y découvre les courants des mouvements agissant autour de la défense des animaux et leurs spécificité. L’auteur y décrit aussi les situations dans lesquelles peuvent se trouver les animaux (de compagnie, de cirque, de laboratoire, d’élevage…) et les problèmes que posent ces situations pour le bien être et le respect des animaux.
Jean-Baptiste Jeangène Vilmer est un jeune philosophe français. Docteur en sciences politiques et en philosophie, il travaille actuellement comme chercheur au Centre for Human Rights and Legal Pluralism dela Facultéde droit de McGill University (Canada).

« Ethique animale » par Jean-Baptiste Jeangène Vilmer aux éditions PUF. Février 2008. 26 €.

 


 

Un traité de zoologie sur les récentes découvertes scientifiques concernant le règne animal et sous la plume légère e d’Edouard Launet. Avec un sens de la vulgarisation réussi, le journaliste de Libération s’attèle à nous faire découvrir les questions métaphysiques des chercheurs sur les sujets les plus improbables : le style du vol de la mouche, le nombre de pattes des mille-pattes, l’alcoolisme des éléphants ou la mémoire de la chenille. Un drôle de répertoire des recherches très sérieuses qui donnent lieu à d’abondantes publications dans les milieux scientifiques. Sous la plume facile à suivre d’Edouard Launet, ces traités de labo deviennent des petites nouvelles amusantes et étonnantes.

« Au fond du zoo à droite » par Edouard Launet aux éditions du Seuil. Janvier 2009. 14 €.

 


 

« Quelles sont les questions que tu te poses quand un animal te regarde ?  » Avec des mots simples et des idées claires, Elisabeth de Fontenay s’est lancée dans un exercice périlleux et fort utile : une introduction à la philosophie animale destinée à des jeunes lecteurs. La philosophe française spécialiste des questions animale y explique les notions d’anthropomorphisme et d’ethnocentrisme pour éclairer les jeunes sur leur rapport aux animaux.

« Quand un animal te regarde » par Elisabeth de Fontenay aux éditions Gallimard Jeunesse dans la collection Chouette. 2006. 9,50 €

 


 

Les animaux ont-ils des droits ? Avons-nous des devoirs envers eux ? Si oui, lesquels ? Si non, pourquoi ? Et quelles en sont les conséquences pratiques ? Quand le Que sais-je s’empare du sujet.

« L’éthique animale » par Jean-Baptiste Jeangène Vilmer aux éditions Que sais-je n° 3902. Janvier 2011. 9 €.

 

 

 

 


 

Une contre-histoire des animaux sous l’opinion des plus grandes plumes. Pythagore, Vinci, Rousseau, Voltaire, Lamartine, Darwin, Hugo, Tolstoï, Zola, Gandhi Colette, Yourcenar, Levi-Strauss, Houellebecq, Onfray et beaucoup d’autres prennent position sur les droits des animaux, les devoirs de l’homme, la chasse, la corrida, le végétarisme et d’autres questions sur le sujet. Réunissant 180 auteurs, plus de 40 traductions et plusieurs textes inédits, ce livre de référence est la première et la seule anthologie francophone sur le statut moral des animaux. Car la conduite des hommes à l’égard des animaux a toujours fait l’objet d’une évaluation morale par ceux que la souffrance indigne. Et la philosophie occidentale qui justifie l’exploitation des bêtes n’a jamais fait l’unanimité.

« Anthologie d’éthique animale » par Jean-Baptiste Jeangène Vilmer aux éditions PUF. Septembre 2011. 27 €.

 


L’histoire de l’univers et la création de notre planète racontée comme une grande aventure pleine de rebondissement. Dans la lignée des naturalistes, Yves Paccalet relate es différents épisodes de la naissance de notre environnement et en révèle les dessous fascinant : notre planète est une boule de métal en fusion recouverte d’un épais manteau de neige poudreuse à quelques milliers de kilomètres sous nos pieds. Avec un sens pédagogique consommé, il nous explique comment est née la vie sur terre (ou plutôt sous les océans) et quelles ont été ses différentes formes successives au gré de l’imagination des molécules (ah, la description des premiers êtres fantomatiques dont nous avons retrouvé les traces !). Depuis le grand bang jusqu’à l’apparition des mammifères, cette saga physique et spatiale permet à l’homo sapiens de relativiser sacrément son existence tout en apprenant des tas de choses. Un vrai bonheur.

« Le grand roman de la vie » par Yves Paccalet aux éditions Jean-Claude Lattès. Septembre 2009. Prix : 20 €.

Lire la suite
© 2012 — Un zoo dans la tête. Tous droits réservés. Propulsé par Wordpress.

Design et réalisation :